Lorsqu’on conçoit une pièce, ou une maison, à partir de rien, le plus grand défi est de prendre des décisions. Surtout lorsque chaque décision que vous prenez a un impact sur les autres décisions que vous prenez, de sorte qu’il est presque impossible de prendre une seule décision et de passer à la chose suivante. Ce que ça donne vraiment est quelque chose comme ceci :

« Alors, quel matériau de comptoir voulons-nous pour la cuisine ? »

Eh bien… ça dépend. Quel est l’évier ? Quel est le carrelage ? Devrions-nous faire en sorte que les comptoirs soient plus affirmés ? Eh bien cela dépend de si le dosseret va être audacieux ou non. Qu’en est-il de la finition ? Devrions-nous l’adoucir ou la polir ? Devrions-nous faire un dessus différent pour l’île que le reste des comptoirs ?

Mais il y avait une question au-dessus de toutes les autres qui était la plus importante pour nous : Qu’est-ce qui va être beau et à faible entretien ?

Les matériaux initiaux qui m’attiraient étaient le béton, le bois, le quartz ou une pierre naturelle (comme le marbre ou la stéatite).

Le béton bien fait, comme ci-dessus, peut être doux et charmant. Mais il doit être associé à la bonne ambiance et aux bons accents afin de ne pas donner instantanément une impression de froideur, de modernité ou de trop grande architecture. Pour notre espace, je m’inquiétais qu’il y en ait tant. Notre île est assez grande ! En plus de cela, nous utilisions tous les nouveaux matériaux (pas d’incroyable île en bois vintage ici), donc c’était aussi une préoccupation.

 

Nous avons envisagé une situation de combinaison où les comptoirs seraient en béton et le dosseret et l’île seraient en marbre, mais cela n’a fait qu’ajouter plus de coûts, et je n’étais pas sûr d’aimer cela pour toujours. De plus, le style ne convenait pas à notre maison, qui a été construite dans les années 1920. Alors que même maintenant, j’aime toujours l’idée de ce projet, la réalité était que ce n’était pas le bon ajustement.

Le bois ou le bloc de boucherie était également un concurrent de taille pour les comptoirs. J’étais un peu inquiet au sujet de l’entretien, mais l’aspect du bois ne me dérange pas lorsqu’il est usé et rodé. Nous voulions vraiment apporter plus d’éléments en bois dans la cuisine pour la rendre chaleureuse, donc cela semblait être une excellente option.

 

La plupart du temps, nous avons envisagé le bois uniquement sur l’îlot, mais à ce moment-là, nous avions déjà décidé que l’îlot serait d’un gris foncé tandis que le reste des armoires serait d’un blanc crémeux. Cela signifiait que l’îlot lui-même serait gris foncé avec du bois tandis que le reste des armoires serait blanc avec du quartz ou du marbre. Cela me semblait vraiment décousu, et je craignais que notre îlot massif soit très lourd. Donc nous avons refusé le bois.

 

Alors, on en est venu aux suspects habituels : marbre, quartz, pierre ollaire… et j’ai immédiatement su que le quartz serait le gagnant. Nous l’avions déjà utilisé dans notre cuisine au bureau et après avoir vu de première main la façon dont il a résisté aux dîners, j’étais convaincu qu’il résisterait à tous les coups qu’il prendrait dans notre propre maison. Comme il s’agit d’un produit fabriqué par l’homme, il est beaucoup plus résistant que le marbre ou la pierre ollaire. Et il est scellé pour résister aux taches.

C’est alors que nous avons commencé à travailler avec la ligne de quartz bien connue de Cosentino, Silestone, pour créer le look parfait pour notre cuisine.

Pour ne pas revenir totalement en arrière, mais après nos premières conversations avec Cosentino, on nous a également présenté une autre marque de leur famille, Dekton. Ces surfaces sont également fabriquées par l’homme et sont follement solides et même résistantes aux intempéries (donc si vous faites une cuisine extérieure, vous devriez connaître cette option !). Vous pouvez voir dans le tableau ci-dessus que Dekton fait même deux styles qui ressemblent au béton et au bois. Ce qui, bien sûr, m’a ramené à la case départ en matière de décisions pendant une chaude seconde. Mais ensuite, j’ai repensé à toutes les raisons pour lesquelles nous n’avons pas choisi le béton et le bois d’un point de vue esthétique, et je me suis ressaisie pour me concentrer sur les options de quartz.

 

La première question était : quelle couleur ? Devrions-nous faire tout blanc, ou ajouter un peu de drame avec des tons gris foncé ? C’est une option que nous avons sérieusement envisagée. J’aimais l’idée d’un quartz plus foncé pour les comptoirs et d’un quartz plus clair pour l’îlot. Mais, allez les gars, de qui se moque-t-on ? J’AIME LE BLANC. L’approche mixte du quartz aurait complètement changé l’espace car il n’y a pas une seule touche de gris foncé ou de noir dans toute la cuisine. Sauf les appareils électroménagers, bien sûr. Cela aurait définitivement changé le dosseret que nous avons choisi, et l’éclairage. J’ai donc suivi mon instinct et j’ai finalement opté pour du quartz entièrement blanc – et je n’ai pas regardé en arrière depuis.