Florian Huet
Né à Rennes en 1989.
Travaille à Bruxelles (depuis peu).
Disciplines : dessin, bande dessinée, débrouille.
Techniques : découpe, poinçon, encre, crayon, débrouille.
Tirage : 10-50 ex.
Distribution : « par internet, en rencontrant des gens, bref, ça reste une distribution discrète ».
flo.huet.free.fr

A qui ressemblez-vous ?

Quelqu’un pense que je ressemble à Gary Oldman, un autre pense Daniel Guichard. Je ne perds pas espoir, un jour on dira Harrison Ford.

Quelque chose que peu savent sur vous ?

Je pense vraiment qu’un jour on dira que je ressemble à Harrison Ford.

Vos études vous ont-elles servi ?

Plutôt, oui.

Vos parents comprennent-ils ce que vous faites ?

La plupart du temps, oui. Quand je découpe des cases dans du papier pendant des heures, ils sont un peu plus dubitatifs.

La plus ancienne de vos créations que vous ayez gardée ?

Dans mon vieux bureau chez mes parents il y a plein de vieux dessins qui traînent. Peut-être une bande dessinée inachevée avec un héros désabusé qui clope, pseudo écrivain chez les mafieux et les junkies (effets secondaires d’une partie de la littérature américaine sur un ado de 15 ans).

La création la plus effrayante que vous ayez faite ?

Un de mes premiers essais avec un pinceau et de l’encre. Je voulais essayer cette technique sans croquis, avec tout le désir de virtuosité de mes 15 ans, et le résultat était abominable. Mon père, qui passait par là, a beaucoup aimé et l’a encadré au-dessus de la cheminée.

La chose la plus inspirante que vous ayez vue ?

Une ville lentement envahie par la brume à 3 h du matin.

Une technique que vous aimeriez travailler ?

J’aimerais beaucoup avoir une linotype à disposition. Pour le dessin, si j’avais l’occasion et le courage, je referais de la lithographie. Technique quelque peu fastidieuse, mais c’est très agréable de dessiner à l’encre sur la pierre.

Une personne avec qui vous aimeriez collaborer ?

Un façonnier un peu fou.

Avez-vous participé à un événement BeauBeau ?

J’ai découvert BeauBeau en tant que visiteur au marché BeauBeau #10, donc participation très discrète jusqu’à maintenant.

Une anecdote, une rencontre, un souvenir ?

Il y avait du vent, et j’étais très déçu de ne pas avoir les moyens financiers de me procurer certains livres présentés.

Est-ce que BeauBeau vous a aidé dans votre travail ?

Voir tous ces gens motivés pour faire de belles petites choses avec leurs mains, ça a regonflé mon capital motivation.

Vos créations vous couvriront-elles (un jour) de diamants ?

Je ne suis pas très intéressé par les diamants. Je ne saurais pas où les vendre.

Tu fais comment pour les envois ?

J’essaie d’éviter d’avoir à faire des envois. Quand ce n’est pas possible, je me rabats sur la poste avec les inconvénients et les aléas que ça comporte : moi aussi, je cherche un bon plan.

Un projet ?

Je commence tout juste ma « carrière d’indépendant », donc oui j’ai des projets : continuer une série de petits livres faits main, finir une bande dessinée, chercher un éditeur, continuer à participer au développement d’une jeune et petite maison d’édition (les éditions Polystyrène), trouver des contrats d’illustration, apprendre l’italien.

Combien de temps avez-vous pris pour répondre à ce questionnaire ?

3 heures (mon ordi a planté).

Florian Huet présente Les enquêtes imperceptibles d’Emilio Ajar n°1

Auteur : Florian Huet
Titre : « Les enquêtes imperceptibles d’Emilio Ajar (n°1) »
Autoédition
Lieu : Bruxelles
Format : 14,5 x 18 cm
Année : 2011
Tirage : 10 ex.
Prix : 5 €